Max

max

Auteur : Sarah Cohen-Scali
Édition : Gallimard jeunesse (Scripto)
Parution : 2012
Page : 472

Résumé

« 19 avril 1936. Bientôt minuit. Je vais naître dans une minute exactement. Je vais voir le jour le 20 avril. Date anniversaire de notre Fürher. Je serai ainsi béni des dieux germaniques et l’on verra en moi le premier-né de la race suprême. La race aryenne. Celle qui désormais régnera en maître sur le monde. Je suis l’enfant du futur. Conçu sans amour. Sans Dieu. Sans loi. Sans rien d’autre que la force et la rage. Je mordrai au lieu de téter. Je hurlerai au lieu de gazouiller. Je haïrai au lieu d’aimer. Heil Hitler! »

Max est le prototype parfait du programme « Lebensborn » initié par Himmler. Des femmes sélectionnées par les nazis mettent au monde de purs représentants de la race aryenne, jeunesse idéale destinée à régénérer l’Allemagne puis l’Europe occupée par le Reich.

Mon avis

Ce livre est perturbant, très perturbant. Ony fait la connaissance de Konrad von Kebnersol, ou devrais-je dire Max, un petit garçon de « race » aryenne, sélectionné pour devenir l’avenir du Reich. Avant même de naître, on est déjà dans sa tête et l’on va le suivre jusqu’à ces neuf ans et demi lorsque l’Allemagne déclare forfait.

Au début, c’est étrange d’être dans la tête d’un nourrisson, surtout parce qu’il pense comme un adulte. C’est un peu irréaliste et les propos qu’il a sont des plus déroutants. Avant même de naître, il est complètement endoctriné. « Ma mère est la nation d’Allemande et mon père est le Führer. » dit-il a un moment donné. Cependant, même si sa façon de raisonner est déconcertante, on ne peut pas s’empêcher de se dire en son for intérieur : « Oui, mais ce n’est qu’un enfant. » Et c’est vrai. Pour lui, violer les femmes, c’est quelque chose de normal, d’acceptable, car c’est ce qu’on lui a toujours enseigné, appris. Comment pourrait-il penser autrement?

J’ai développé un sentiment d’amour-haine pour ce petit garçon hors du commun, premier de la race aryenne. Lorsqu’il raisonne en bon nazi, on voudrait le faire taire, mais lorsqu’il agit dangereusement, on voudrait le prévenir, le sauver. On se rend compte, en fin de compte, à quel point les enfants sont vierges de toutes idéologies et sont donc un terrain fertile, ne pouvant remettre rien en doute, puisqu’ils ne connaissent rien d’autre.

Le roman nous plonge dans un univers historique bien réel, mais complètement inconnu. Lorsqu’on amorce la lecture, il n’est mentionné nulle part qu’il s’agit d’un roman inspiré de fait réel. On se dit que c’est trop gros, trop monstrueux pour être vrai, sauf que non. Au total, plus de dix mille enfants sont nés dans le cade du projet « Lebensborn ». Ce que je me demande, c’est ce qui est arrivé à ces milliers d’enfants, sans parent et sans nation, une fois que la guerre a été terminée…

Pour ce qui est de la plume de l’auteur, elle est très fluide, c’est très agréable. Elle décrit de nombreuses scènes de violence à travers les yeux du jeune, mais très mûre, Max. Cela rend les choses plus supportables, ce n’est pas pénible, même si ça brise le cœur.

Ce livre, même s’il est édité par Gallimard-jeunesse, je ne le conseillerais pas forcément aux enfants. Plutôt les adolescents de 14-15 ans et en montant qui sont intéressé par l’Histoire, mais qui n’ont pas forcément envie de lire un livre historique qui raconte les évènements d’un point de vue extérieur. Avec ce roman, c’est une bonne façon de découvrir des évènements mal connus, romancés (évidemment), mais de l’intérieur. La démarcation entre les « gentils » et les « méchants » n’est pas aussi claire que dans certains livres pour jeunes. Ici, on voit que les « gentils » ne le sont pas tant que ça et que les « méchants » ne le sont pas non plus, que les « alliés » font des choses horribles et que les « ennemis » agissent parfois avec cœur, qu’une même personne peut te faire du mal et te protéger. Bref, que tout n’est pas noir ou blanc, mais plutôt un infini spectre de différentes tontes de gris. Les plus grands aussi vont apprécier cette fable historique, sans aucun doute.

 

 

Un commentaire sur “Max

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s